Les Actualités Françaises (1945-1969) : le mouvement d’une époque

Pascale Goetschel

L’imaginaire lié au cinéma renvoie communément au film de fiction. C’est oublier un peu vite que les actualités filmées étaient présentes dans les projections du « cinéma des premiers temps »[1]. Est-il possible, cohérent, pertinent de prendre appui sur cet objet cinématographique pour appréhender les mutations du XXe siècle ? Sans doute, et Marc Ferro en proposait dans les années 1970 une analyse critique autour d’une triple perspective d’identification, d’authenticité et d’interprétation[2]. Plusieurs études ont proposé des panoramas de la presse filmée en France[3] ou dans le monde[4]. D’autres ont mis l’accent sur les effets de propagande[5] ou sur l’exercice de la censure durant les deux guerres mondiales ou lors de la Guerre froide[6]. D’autres encore ont souligné leur contribution à la fabrique des identités nationales[7]. Commandé par le souci de s’inscrire dans une histoire sociale des représentations, autrement dit une histoire culturelle articulant les imaginaires et les pratiques, le parti-pris est ici différent. Sera d’abord proposé un panorama de l’évolution de la presse filmée depuis les années 1890, destiné à montrer la construction de ce qui pourrait être nommé un canon international de l’information. Il s’agira ensuite de porter l’attention sur la période postérieure à 1945, en particulier sur l’histoire d’une entreprise de presse filmée entre 1945 et 1969, les Actualités Françaises[8]. Avec la volonté, in fine, de mettre en évidence le fait que, au-delà de l’inévitable illusion de réalité[9] ce genre cinématographique apparaît comme un produit et un réceptacle de de son lieu de production et de son temps.

Une histoire dans le siècle

L’histoire commence avec l’« actualité » de la sortie des usines Lumière en 1895 et avec le catalogue des frères Lumière, en 1897, avant tout composé d’images de cérémonies officielles[10]. Ces vues, inscrites dans le sillage des gravures et des photographies de presse, en partagent les signes conventionnels : accent mis sur les « personnages », attention portée aux foules, valorisation de la couleur locale. L’attachement à montrer la vie quotidienne, l’attrait du fait-divers, le goût pour les mondanités, la recherche du pittoresque, la valorisation de l’exploit sportif s’y affirment comme des orientations essentielles. Cependant, la captation sur le vif des mouvements, encore maladroite, témoigne de la volonté de saisir d’emblée la dynamique de l’événement. Œil sur le monde et témoin privilégié, telles apparaissent, dès l’origine, ces actualités.

L’institutionnalisation et la formalisation de ces vues dès avant la Première Guerre mondiale conduisent à l’avènement d’un véritable genre cinématographique, le genre étant compris comme une catégorie avec ses normes, ses codes et ses modalités de fonctionnement. Dès les années 1890, des « sujets actuels » sont proposés par les sociétés cinématographiques Pathé puis Gaumont. Pris en direct ou objets de reconstitution, ils sont alors diffusés de manière très irrégulière. Ces vues disparates se transforment en montages d’extraits filmés en 35 mm, souvent doublés d’imprimés à usage publicitaire et explicatif. En avril 1908 est créé « Pathé Faits-Divers » transformé l’année suivante en « Pathé Journal ». Dans un jeu ouvert à la concurrence, d’autres émergent : en 1910, Gaumont Actualités, pour un journal de 15 minutes ; en 1912, L’Éclair-Journal et l’Éclipse-Journal. Les uns et les autres donnent lieu à des modes de production centralisés, privilégiant la diffusion d’images tournées dans la capitale française ou de vues de province conçues depuis Paris. Des sociétés de production se développent à travers le monde, précisément en Europe et aux Etats-Unis pour fournir des reportages d’actualité alliant information et divertissement[11]. Selon la même logique à l’œuvre au sein de la presse d’information, la course au sensationnel et la rapidité des déplacements pour que les « nouvelles » arrivent au plus vite deviennent des éléments centraux. Le souci d’être bien placé dans la course à l’événement – ce faisant, contribuant à l’instituer[12] – et une certaine surenchère dans la mise en spectacle de l’actualité peuvent conduire à la fabrication de scènes reconstituées, voire d’images truquées. Ailleurs dans le monde, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, au Canada, en Australie ou en Nouvelle-Zélande, en Allemagne et en Italie, se multiplient les agences et les succursales, consacrant l’existence de moments internationaux partagés.

Dès les années 1910, montages de plans disparates, recherches sur la couleur, pourtant vite abandonnées, accompagnements musicaux, puis, dans les années 1930, le passage au sonore témoignent d’une sophistication précoce et continue des moyens mis en œuvre. Aussi, très tôt, se sont fixés les principes conducteurs des actualités cinématographiques : un rythme hebdomadaire ; la composition d’un journal à partir d’une dizaine de sujets d’une durée d’une minute, une minute trente, cherchant à brasser des sujets divers, de la politique internationale aux sports et aux loisirs en passant par les catastrophes et les mondanités[i] ; à la recherche du sensationnel s’ajoute celle de l’authentique. Ces actualités investissent des lieux particuliers. En Grande-Bretagne en mai 1909, le Daily Bioscope figure comme le premier cinéma d’information. Vingt ans plus tard, William Fox fait de l’Embassy à Broadway le premier théâtre d’actualités de New York. Parfois, dans de grandes salles urbaines, une salle, plus petite, est réservée au journal filmé. Aussi, quand bien même ces vues se fixent au début du programme après en avoir parfois occupé la dernière partie, elles peuvent faire l’objet de programmes continus, agrémentés de dessins animés, mêlant des sujets plus courts à des films documentaires plus aboutis.

De France-Actualités aux Actualités Françaises : une histoire d’entreprise

La réorganisation des actualités à partir de 1940 dans l’hexagone illustre la mainmise du régime de Vichy comme celle de l’occupant nazi[13]. Alors que les opérateurs de la France libre ont beaucoup filmé le général de Gaulle, c’est sa « dimension velléitaire et tardive » vis-à-vis de la presse filmée, à la différence de la radio, qui doit être retenue[14]. A contrario, le Comité de libération du cinéma français (CLCF), représentatif de la résistance cinématographique, fort de la présence de membres et sympathisants communistes, se hâte de reprendre en main France-Actualités, le journal germano-vichyste, transformé en août 1944 en France-libre-Actualités. Ce journal filmé se retrouve être le grand bénéficiaire des arbitrages du Gouvernement provisoire en faveur du monopole de la presse filmée[15].

Issue de France-Libre-Actualités en décembre 1945, et fruit d’une reprise en main étatique, l’entreprise voit son monopole s’achever en janvier 1946[16]. En parallèle, et comme auparavant, d’autres sociétés proposent des séquences d’actualités : Pathé, Gaumont, Éclair. Il n’en demeure pas moins que l’emprise de l’État demeure forte, via son contrôle par ses deux ministères de tutelle, le ministère de l’Information et le ministère de l’Économie et des Finances. Un temps conçue comme société coopérative de production, elle devient société anonyme au capital contrôlé à 55% par l’État et à 45% par l’U.G.C, elle-même détenue à 99,9% par l’État, distributrice et pourvoyeuse en salles de cinéma. Entre 1945 et 1963, la société est dirigée par Roger Spiri-Mercanton, sympathisant communiste, qui a participé au film La Libération de Paris. Lui succède Georges-Louis Rebattet, proche du pouvoir gaulliste, qui demeure à la tête des Actualités Françaises jusqu’à leur liquidation, en 1969.

La direction ne fabrique toutefois pas le journal, et l’on aurait tort de lier de manière automatique l’orientation politique des dirigeants et celle du journal lui-même. Le processus de fabrication apparaît davantage déterminant. Les sujets sont choisis en fonction des informations tirées de la presse quotidienne distribuée chaque matin. À ce titre, il n’y a pas de réelle innovation. Plusieurs acteurs interviennent : le rédacteur en chef, Robert Poutays, et son adjoint, Bernard Labaume, qui lui succède en 1967, qui ne sont pas connus pour être des gaullistes invétérés. Un représentant du ministère de l’Information supervise chaque semaine le montage et la rédaction des commentaires relatifs aux sujets politiques. Pour le reste, prévaut une relative liberté rédactionnelle. Quant aux opérateurs, passant d’une société à l’autre (Actualités Françaises, Pathé, Gaumont et Éclair), leur volatilité s’oppose à la stabilité des monteurs. Ces mêmes opérateurs travaillent d’ailleurs en « pool » pour les sujets étrangers.

Après 1962, alors que la fréquentation des salles est en baisse, que la concurrence du journal télévisé né en 1949 se fait de plus en plus vive et que la France a perdu son marché nord-africain, l’entreprise transforme ses modes de fonctionnement. L’approche rédactionnelle s’inspire davantage des magazines de la presse écrite et privilégie des techniques plus sophistiquées du reportage. Aux opérateurs sont préférés des réalisateurs, tel Jacques Grandclaude, devenu le dernier producteur de Rossellini, directeur artistique des Actualités à partir de 1964 avant d’être remercié après mai 1968. Au même moment, se généralise l’usage de nouveaux outils de fabrication, des caméras 35 mm aux enregistreurs portables Nagra en passant les optiques avec zoom et une plus grande sensibilité des pellicules. Après les indépendances, de nouvelles orientations sont privilégiées. Via le C.A.I, les Actualités Françaises fabriquent des journaux d’actualités pour les nouvelles Républiques de l’Afrique Noire francophone, précisément au Tchad et au Sénégal, dans un jeu de concurrences avec les Anglo-Saxons autour des actualités filmées locales. Une même dynamique est à l’œuvre avec le COFRAM pour l’Amérique centrale et l’Amérique du sud. Les Actualités Françaises se transforment même en véritable prestataire pour les pays d’Afrique du Nord, Algériens et Tunisiens fabricant durant de longs mois leurs journaux d’actualités à Gennevilliers même.

Variétés audiovisuelles et questions de foules

Au-delà de l’histoire de la firme, comment proposer une analyse qui ne soit pas la recherche inépuisable et un peu vaine de l’adéquation entre les images et le réel ? Exercice d’autant plus délicat que le cinéma des Actualités « s’efforce d’installer le spectateur dans l’impression d’un contemporain permanent[17] » et que, pour ce faire, il multiplie les vues sur les événements récurrents : manifestations sportives (hippisme, courses cyclistes, courses automobiles, football…), commémorations, défilés, festivals. Comment alors faire Histoire ? Dans le sillage de ce que proposaient déjà les Cahiers de la cinémathèque en 1997[18], l’hypothèse proposée ici est que cette redondance produit des références, des événements, des découpages sociaux, une cartographie des rassemblements inédits.

Cet univers, il conviendra de le montrer en observant combien le banal prend place dans ces actualités, soit 1262 journaux du 4 janvier 1945 au 25 février 1969 composés de milliers de sujets, qui se présentent comme un patchwork de motifs variés et évolutifs. Tel journal de janvier 1946 est conçu autour des rubriques « à travers le monde » et « chronique française », déclinant des sujets aussi divers que les « cinquante ans de cinéma », « la caravane du blé », « la récolte des dates à Nefta et Tozeur », « les échafaudages de la cathédrale Saint-Patrick à New York », « l’incendie des studios de cinéma de Hostivar », « les obsèques du général Patton », « on liquide la guerre », « la coupe de Noël de natation en Seine » ou « l’ENA ». Plus tard, tel autre de 1961 se structure autour de rubriques plus précises ( « dans la ligne nouvelle », « le référendum », « le sport », « regards sur le monde »), le tout pour évoquer l’Algérie, Just Fontaine, le Tournoi des Cinq Nations, les grèves en Belgique ou l’art de plumer les volailles en Allemagne. C’est donc moins la cohérence et la hiérarchie des sujets qui sont recherchées que l’incongruité de leur juxtaposition. La logique des variétés l’emporte au sein de sociétés d’actualités filmées conçues comme des attractions audiovisuelles, forme moderne de loisirs médiatiques.

L’usage d’outils numériques permet d’aller plus loin dans le repérage et l’interprétation d’entités répétées. Tel est le cœur du projet interdisciplinaire ANTRACT[19] qui propose d’appliquer des techniques automatiques de reconnaissance de textes, d’images et de sons au corpus des Actualités Françaises. La reconnaissance automatique des images permet d’avancer sur le repérage des personnalités publiques à l’écran, pour beaucoup masculines, excepté la reine Elizabeth II, omniprésente, et les vedettes du monde des spectacles. Les Actualités brossent ainsi une galerie de portraits propice à alimenter le who’s who contemporain : De Gaulle mais aussi Marcel Cachin, Christian Dior ou Sacha Guitry, Eisenhower, Franco ou Khrouchtchev, tant d’autres encore. La voix du narrateur fournit alors la clef pour reconnaître tel ou tel individu.

À partir des textes issus des notices documentaires[20] ou des voix off, a pu être mis en évidence le grand nombre d’occurrences du mot « foule(s) ». Il s’agit même du nom commun le plus fréquent.

 

Répartition du nom « foule(s) » entre 1945 et 1969 (logiciel TXM)

 

L’on retrouve les rassemblements liés aux libérations et au retour des prisonniers en 1945, 1948 et la grève des mineurs, les foules rassemblées en 1958 autour de De Gaulle entre IVe et Ve République. A contrario, les absences du terme ou ses présences atténuées posent la question de l’invisibilisation de mobilisations – l’on songe à l’année 1947 ou aux conflits liés aux revendications indépendantistes.

Au jeu des co-occurrences, on sera frappé par l’usage répété de certains adjectifs qualificatifs : « immense », « déchaînée »,  joyeuse », « enthousiaste », « organisée », « désordonnée ». Cela ne dit rien – on le sait – de l’approbation ou la désapprobation[21], mais bien davantage du souci de montrer des foules unies. Tangui Perron avait déjà montré comment, depuis le début du siècle, tout un cinéma de propagande militant montrait foules agissantes et foules spectatrices, appelées à se mettre en mouvement. Aux vues de manifestations qui mettaient l’accent sur le nombre de présents et les multiples signes de mobilisation (pancartes, banderoles, meetings….) s’ajoutaient d’autres plans démultiplicateurs : rotatives produisant tracts et journaux, presse diffusée dans la foule[22]. La même grammaire cinématographique est en partie reprise dans les Actualités filmées.

 

La CGT manifeste au Champ de mars – revendications sur les salaires, Les Actualités Françaises, 24 juillet 1946 (49’’).

 

À ce stade de la recherche, l’on formulera surtout l’idée que le détour par les Actualités Françaises permet de dépasser les analyses sur les foules trop exclusivement articulées sur la propagande et la manipulation. Celles-ci alimentent une version dépolitisée et englobante des masses mises en scène dans des circonstances démultipliées, devenues homologiques par les vertus de l’audiovisuel (vie quotidienne, loisirs, tourisme, funérailles, commémorations, manifestations laïques ou religieuses…).

Enfin, à rebours ou en complément des études sur l’américanisation des sociétés occidentales, qui mettent en exergue la simple assimilation de produits venus des États-Unis, l’hybridation ou la recréation de formes nationales nouvelles, les recherches axées sur les Actualités Françaises suggèrent d’autres processus. Comme dans les décennies précédentes, sont mis en scène des spectacles internationaux autour de discours, de signatures, de cérémonies, d’événements festifs (des carnavals, de Nice à Rio) ou de faits insolites (une place considérable est, par exemple, réservée à la vie des animaux à travers le monde). Les progrès industriels ou agricoles, les inventions, y sont largement présentés. Des groupes sociaux surgissent et des univers se dessinent : « jeunes », « cadres ». Des pratiques distinctives se remarquent : les défilés saisonniers de mode, les inaugurations de bâtiments ou d’expositions, la fréquentation des courses. Dominent les représentations issues des sociétés européennes, coloniales puis post-coloniales, dans un jeu curieux où proche et lointain sont traités sur le même plan. À ce jeu, si les États-Unis, l’Union soviétique ou les démocraties populaires sont présents à l’image, c’est moins pour rendre compte des avanies de la guerre froide que pour évoquer des événements communs, des avancées, des faits insolites.

 

« Le Festival des sports » à Leipzig, Les Actualités Françaises, 14 août 1963 (1’12’’) [avec retranscription automatique du son et indexation]

 

Ainsi, les conditions de production des actualités filmées, leur composition, les points de vue discursifs, visuels et sonores adoptés disent le mouvement d’une époque et permettent d’esquisser une histoire publique. Quant aux Actualités Françaises entre 1945 et 1969, elles offrent une belle perspective pour comprendre la constitution d’un imaginaire national, dilaté à l’échelle de la planète, entre soif de progrès et prédilection pour le folklore et les traditions présumées, entre goût de l’insolite et représentations de pratiques ordinaires, entre échelles locale, nationale ou internationale, entre moments joyeux et épisodes plus graves. Au récit linéaire d’une histoire politique prompte à imposer des événements comme importants, au récit de longue ou moyenne durée articulé sur les évolutions économiques et sociales se superpose un troisième, médiatique. Englobant les « Trente Glorieuses », il offre aussi une chronologie composite d’un genre cinématographique misant sur le panorama comme sur la variété.

 

[1] André Gaudreault, Cinéma et attraction. Pour une nouvelle histoire du cinématographe, CNRS Éditions, coll. « Cinéma et audiovisuel », 2008.

[2] Marc Ferro, « Critique des Actualités », Analyse de films, analyse de sociétés, Paris, 1976

[3] Marcel Huret, Ciné actualités. Histoire de la presse filmée, 1895-1980, Paris, Henry Veyrier, coll. « Cinéma », 1984. Cf. également « Soixante ans de presse filmée », https://www.ina.fr/video/AFE04002070 ; Frédéric Gimello-Mesplomb, “Histoire de la presse filmée. Chronologie générale », http://fgimello.free.fr/enseignements/metz/histoire_du_cinema/presse_filmee.htm

[4] Peter Baechlin et Maurice Muller-Strauss, La Presse filmée dans le monde, Paris, UNESCO, 1951, traduction anglaise, 1952, Newsreels across the World, New York, Columbia University Press.

[5] Ulrike Bartels, Die Wochenschau im Dritten Reich. Entwicklung und Funktion eines Massenmediums unter besonderer Berücksichtigung völkisch-nationaler Inhalte, Francfort, Lang, 2004.

[6] Laurent Véray, « La propagande par les actualités cinématographiques pendant la Grande Guerre », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 173, janvier 1994, pp. 19-33 ; Id., Les Films d’actualités français de la Grande Guerre, Paris, SIRPA/AFRHC, 1995 ; Jean-Pierre Bertin-Maghit, Olivier Wieviorka et Sylvie Lindeperg, Images de guerre 1940-1945. Les actualités cinématographiques françaises de la seconde guerre mondiale, DVD-Rom, Paris, Nouveau Monde Éditions, INA, 2004 ; Valérie Pozner« Les actualités soviétiques durant la Seconde Guerre mondiale : nouvelles sources, nouvelles approches »,  dans Jean-Pierre Bertin-Maghit (dir.), Une histoire mondiale des cinémas de propagande, Paris, Nouveau Monde éditions, 2008, pp. 421-444 ; Nathan S. Atkinson, “Newsreels as Domestic Propaganda: Visual Rhetoric at the Dawn of the Cold War”, Rhetoric & Public Affairs, 14/1, printemps 2011, pp. 69-100.

[7] Kornelia Imesch, Sigrid Schade, Samuel Sieber (eds.) Constructions of cultural identities in newsreel cinema and television after 1945,  Bielefeld, coll. “MediaAnalysis”, 2016.

[8] Marie Bessi a longtemps eu en charge le fonds des Actualités Françaises à l’Institut national de l’audiovisuel. Cf. « Le fonds des Actualités Françaises à l’INA, Les Cahiers de la cinémathèque, n°66, Les actualités filmées françaises, juillet 1997, pp. 65-79.

[9] Nicola Pronay, “The Newsreels: The Illusion of Actuality”, dans Paul Smith (ed.), The Historian and Film, Cambridge et al., Cambridge University Press, 1976, pp. 95-120.

[10] Dominique Chansel, « Le temps des actualités cinématographiques. L’époque des pionniers 1895-1914 », https://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/upload/docs/application/pdf/2013-07/le_temps_des_actualites_cinematographiques.pdf

[11] À titre d’exemples : aux États-Unis, The March of Time (1935-1951), Pathé News (1910-1956), Paramount News (1927-1957), Fox Movietone News (1928-1963), Hearst Metrotone News (1914-1967), Universal Newsreel (1929-1957) ; en Grande-Bretagne, le British Movietone (1929-1979) ; en Allemagne, une vingtaine de journaux d’actualités, de l’Ufa-Woche en 1925 à la Fernsehsendung Wochenspiegel (ARD), en 1953, en passant par Die Deutsche Wochenschau (1940-1945).

[12] Pascale Goetschel et Christophe Granger (dir.), « Faire l’événement », Sociétés & Représentations, décembre 2011, n°32, pp. 9-153 [ « Faire l’événement, un enjeu des sociétés contemporaines », pp. 7-23.

[13] Max Pevsner, « Les Actualités cinématographiques de 1940 à 1944 », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, no. 64, octobre 1966, pp. 88-96. Pour la période de la Seconde Guerre mondiale, l’Institut national de l’audiovisuel détient une collection de trois ensembles : Les Actualités Mondiales (1940-1942), contrôlées par l’occupant, correspondant en grande partie à la version française du journal de l’UFA Deutsche-Wochenschau ; France Actualités qui en prend le relais entre 1942 et 1944 ; France Libre Actualités à partir de l’été 1944 (premier numéro, Journal de la résistance, dédié à la Libération de Paris). Cf. https://institut.ina.fr/collections/presse-filmee-et-cinema.

[14] L’Office français d’information cinématographique (OFIC), chargé de diffuser le journal Le Monde libre réalisé sous contrôle britannique, américain et français, en Afrique du Nord, n’est institué, par ordonnance, que le 16 avril 1943. Cf. Sylvie Lindeperg, « Spectacles du pouvoir gaullien: le rendez-vous manqué des actualités filmées », dans Jean-Pierre Bertin-Maghit (dir.), Une histoire mondiale des cinémas de propagande, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2008, pp. 497-511.

[15] Sylvie Lindeperg, Clio de 5 à 7 : les actualités filmées à la Libération, archive du futur, Paris, CNRS, 2000. 

[16] Les paragraphes qui suivent doivent tout aux travaux en cours de Franck Mazuet, doctorant en histoire à l’université Paris 1. Tous ces aspects seront largement développés dans sa thèse consacrée à l’histoire des Actualités Françaises.

[17] François de la Bretèque, « Les Actualités filmées françaises », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 50, avril-juin 1996, p. 138.

[18] Voir, dans les Cahiers de la cinémathèque, n° 66, juillet 1997, les articles de François de la Bretèque sur « Les Actualités filmées françaises » et « Les Actualités filmées de mai 68 », de Laurent Véray, « Lendemains de victoire. La fête, le prestige et la mort – Réflexion sur quelques vues d’actualités », de Danielle Tartakowsky sur « Les manifestations de rue dans les actualités cinématographiques Éclair et Gaumont 1918-1968 », de Claudine Drame sur « Fonctions de l’image d’actualité – La mutation de 1945 », à propos de la libération des camps d’extermination.

[19] Démarré en janvier 2018 pour une durée de trois ans, le projet de recherche ANTRACT « Analyse transdisciplinaire des Actualités filmées (1945-1969) » est financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR). Il regroupe le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (Université Paris 1/CNRS), l’Institut national de l’audiovisuel (INA), Eurecom, l’Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM), le Laboratoire d’informatique de l’Université du Mans (LIUM).

[20] Ces notices documentaires ont été rédigées par les documentalistes de l’INA. Elles donnent lieu, au fil des ans, à des reprises ou des compléments.

[21] Cf. Nicolas Mariot, « Foules en liesse et « maréchalisme » des populations. Les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés & Représentations 2001/2 (n° 12), pp. 143-159.

[22] Tangui Perron, « Vie, mort, et renouveau du cinéma politique », L’Homme et la société, « Cinéma engagé, cinéma enragé », n°127-128, 1998., pp. 7-14 ; Id., « Le territoire des images : pratique du cinéma et luttes ouvrières en Seine Saint-Denis (1968-1982) », Le Mouvement Social, vol. 230, no1, 2010, pp. 127-143.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.